Caractéristiques physiques et organoleptiques de l'huile d'Ylang-ylang(partie 1)

Publié le par ylang-mayotte

 

Chaque qualité d’huile d’Ylang-ylang a des propriétés physiques et chimiques qui lui sont propre (la couleur, la densité…). Dans le cadre de notre étude sur l’Ylang-ylang, nous avons pratiqué plusieurs analyses sur des huiles provenant de producteurs différents (nommées ici huile 1,2 et 3), afin de les comparer, et au terme de cette étude, de déterminer les conditions nécessaires à l’obtention d’une huile de qualité optimale.

 

I) L’indice acide

Description et objectifs de l’expérience :

Peu de temps après sa production, l’huile essentielle d’Ylang-ylang produira des acides qui, à terme, la rendront inutilisable. Pour les huiles essentielles de meilleures qualités (Extra S, Extra) la production d’acide se fera de manière beaucoup plus lente que pour huiles de moins bonnes qualités (Seconde, Troisième). L’indice acide correspond à la masse de base nécessaire pour neutraliser les acides.

 

 

La détermination de l’indice acide d’une huile d’Ylang-Ylang :

L’indice acide correspond à la masse de potasse (KOH) nécessaire pour neutraliser les acides gras contenus dans une masse précise d’huile essentielle d’Ylang-ylang et correspond à la formule suivante ;

                     IA = m(KOH)/m (huile)         (voir III))

                     IA = n(KOH)*M(KOH) /m (huile)

                     IA = C*V*M(KOH) /m (huile)

                     IA = C*V*56.11 /m (huile)

  • m (huile) correspondant à la masse d’huile utilisée pour l’expérience (c'est-à-dire 2g dans le cas présent
  • C  correspond à la concentration molaire de la potasse utilisée (0.002 mol/L)
  • V, le volume de potasse consommé lors du changement de réactifs

 

I) Matériel :

 

P1130597

  • Béchers de 100 mL
  • Balance analytique à 0.001g près
  • Burette 25 mL graduée en 0.05 mL
  • Agitateur magnétique et barreau aimanté
  • Eau distillée
  • Hydroxyde de potassium  à 0.002 mol.L-1
  • Ethanol à 95% à 20°
  •  Indicateur coloré (bleu de bromotymol ou rouge de phénol)
  • Huile essentielle d’Ylang Ylang

 

II)Protocole opératoire :

1.     Neutraliser de l’éthanol avec la solution d’hydroxyde de potassium :

-      Placer  la solution d’éthanol (C2H6O) dans un bécher (le volume n’a pas d’importance) et ajouter quelques gouttes de BBT

-      Doser l’éthanol avec la potasse jusqu’à ce que la solution devienne verte (caractéristique d’un pH neutre)  

Durant le dosage de l’acide par la potasse, l’éthanol (  neutralisé avec l’hydroxyde de potassium va jouer le rôle de solvant pour les acides gras contenus dans l’huile essentielle et l’hydroxyde de potassium contenue dans la phase aqueuse).                              

2.    Peser 2g d’huile dans un bécher à l’aide de la balance analytique

3.    A l’aide d’une éprouvette graduée de 10 mL placez 5 mL d’éthanol neutralisé dans le bécher contenant l’huile, ajoutez 3 gouttes d’indicateur coloré au mélange réactionnel.

 

 

4.   Dosez le mélange réactionnel avec l’hydroxyde de potassium puis notez le volume à partir du virage de la solution titrée (au bleu normalement) témoignant du changement de réactif et appliquez la formule.

 

III) Pour en savoir plus...:

 

  Un faible indice acide (c'est-à-dire inférieur à 2) témoigne d’une bonne conservation de l’huile d’Ylang, en effet, lors de sa production, une huile quelque soit sa qualité ne contient que très peu d’acide, ce n’est que lors de sa conservation qu’elle gagnera en acide (devenant  progressivement inutilisable).

 

-      La formule de l’indice acide :

L’indice acide est un très bon indice de conservation de l’huile essentielle, et correspond ici au rapport entre la masse d’hydroxyde de potassium nécessaire pour réagir avec tous les acides présents initialement dans l’huile et la masse de l’échantillon d’huile (noté ici A) utilisé pour l’expérience.

IA = m(KOH)/m(huile)

IA = [n(KOH)*M(KOH)]/m(A)

IA = V * [0.002*56.11]/m(A)

 

Un indice acide très éloigné de 2 signifie donc que le volume nécessaire pour neutraliser les acides en solution est faible et par conséquent que la teneur en acide de la solution l’est également !!!

 

 (La solution obtenue au terme de l’expérience est à conserver pour effectuer les tests pour déterminer l’indice ester Voir article suivant)

 

IV) Détermination de l’indice acides de trois huiles d’origine différentes :

 

-      L’huile 3 (de qualité Troisième) :                                                                      

 Au terme du test de détermination de l’indice acide, on a obtenue, pour l’échantillon étudié, une valeur de l’indice acide de :

                                                                                                   IA = 0.48

  Bien que de qualité troisième, on a obtenu une très faible valeur de l’indice acide, ce phénomène peut s’expliquer par le fait que cette huile, conservée dans un flacon métallique, est ainsi à l’abri de la lumière. Elle se conservera plus longtemps, et la production d’acide se fera de manière beaucoup plus lente, c’est pour cela que l’on obtient un indice acide aussi faible pour une huile de cette qualité !

-      L’huile  1 (de qualité Extra) :

La manipulation effectuée sur l’huile essentiel n°1 a révélé un indice acide de :

                                                                                                   IA = 0.62

On observe que l’indice acide de cette huile (bien que très faible) est bien supérieur à celui de l’huile 3 (de bien moins bonne qualité que l’huile 1). Ce résultat peut s’expliquer par le fait que l’huile 1, conditionnée dans des flacons en verre, favorisera d’avantage la prolifération des acides que pour l’huile de 3 notamment.

-      L’huile de l’exploitation 2 (qualité Extra) :

L’indice acide de l’échantillon étudié est de :

IA = 0.52

 

Bien que très faible, cet indice montre néanmoins que comparé à l’huile 3 (de qualité troisième), la teneur en acide de cette huile de bien meilleure qualilté est plus élevée, comme pour les deux cas précédents, cette valeur s’explique par le mode de conditionnement de l’huile. Ici, l’huile est conservée dans un flacon en verre teinté, préservant mieux l’huile de la lumière que chez l’échantillon 1, mais moins bien que chez l’huile 3.

 

Conclusion : Pour maximiser la conservation d’une huile essentielle, il vaut mieux la conserver à l’abri de la lumière. De part les résultats obtenus, on suppose que la lumière favorise l'altération la structure de l’huile et la prolifération d’acides.

 

 

Commenter cet article