Caractéristiques physiques et organoleptiques de l'huile d'Ylang-ylang(partie 3)

Publié le par ylang-mayotte

III) L’analyse chromatographique

 

I) Principe et objectifs de l’expérience : 

La composition chimique d’une huile essentielle d’Ylang-ylang dépend de divers paramètres (Les composants de l’alambic, le temps de l'hydrodistillation, les conditions de conservation de l’huile…). A l’aide de produits de références (eugénol, limonène, géraniol,…), l’analyse chromatographique va nous permettre de déterminer les principaux constituants de plusieurs huiles essentielles provenant d’exploitations différentes. On pourra ainsi mieux comparer les techniques de fabrication de ces huiles.      

 

II)Comparaison des différents composants des huiles essentielles d’Ylang-ylang par chromatographie :

 

Matériel :

-      Plaque de Chromatographie

-      Cuve de Chromatographie (et couvercle)

-      Crayon,  gants,  lunettes, hotte 

-      Limonène

-      Eugénol

-      Géraniol

-      Eluant : cyclohexane

-      Verre de montre

-      Tubes à essais

-      Capillaires

-      Béchers 100 mL

 

Protocole opératoire :

1.     Dans la cuve chromatographique, versez de l’éluant (le cyclohexane) sur une hauteur de 1 cm, puis fermez hermétiquement avec le verre de montre

2.    Tracez ensuite au crayon la ligne de dépôt et les traits à 1.5cm du bord inférieur. L’espace entre chaque trait doit être régulier  et les traits doivent se situer à 0.5 cm minimum des bords latéraux de la plaque.

3.    Dans des tubes à essai versez un millilitre d’éluant (à l’aide d’une pipette de 1 mL) ainsi qu’une goutte du liquide à analyser.

(Pour l’huile essentielle, versez directement, mais pour les produits référents (toxiques) versez un peu de solution dans un bécher sous la hotte et versez ensuite quelques gouttes de la solution dans le tube à essai).

4. A l’aide des capillaires (un capillaire par mélange), déposez une goutte de la solution contenue dans chaque éprouvette sur chacune des croix (sur la ligne de dépôt)

5. Placez la plaque dans la cuve de façon à ce que l’éluant ne noie pas la ligne de dépôt, puis rebouchez avec le verre de montre et laissez éluer jusqu’à 1 cm en dessous du bord supérieur de la plaque.

6. Ensuite soumettez la plaque à un rayonnement ultra-violet (ou en la plongeant dans une solution de permanganate de potassium) vous observerez des tâches à des hauteurs différentes

7. Déterminez les rapports frontaux des espèces à identifier et interprétez vos résultats (en observant les rapports frontaux des différentes tâches caractéristiques des composants de l’huile et en les comparants avec les rapports frontaux des solutions de références, vous pouvez déterminer la composition partielle de votre huile d’Ylang-ylang).  

 

Méthodes de révélations :

Il existe plusieurs méthodes pour faire apparaître les tâches :

 

-      Révélation par une solution de permanganate de potassium (KMnO4) :

 

Cette méthode consiste à placer la plaque dans un cristallisoir rempli de solution de permanganate mauve (couleur caractéristique des ions MnO4-)


Les produits utilisés durant la chromatographie provoqueront une réaction d’oxydoréduction qui entraînera la transformation des ions MnO 4-(mauve) en oxyde de manganèseMnO2 (marron).                                                                               

On pourra ainsi distinguer les tâches et commenter nos résultats

(Dont chacune est caractéristique d’un composant !)

 

-      Révélation par une exposition aux U.V (rayons ultra-violets) :

Exposez votre plaque chromatographique à des rayons ultra-violets,les tâches chromatographiques prendront  une teinte violette.

A l’aide d’un crayon, marquez l’emplacement de chacune des taches avant de retirer votre plaque chromatographique.

 

 

Les huiles d’Ylang-ylang, bien que de compositions différentes, présentes néanmoins des similitudes. En effet, elles présentent toutes des traces d’aldéhydes, de Copaène, et de sesquiterpène. Ces molécules constituent la « carte d’identité » de l’huile essentielle d’Ylang-ylang et leur présence est indépendante du processus de conception de l’huile .

 

III) Analyse chromatographique de trois huiles essentielles d’origines différentes

 

Durant cette analyse, on a tenté de déterminer la composition globale des huiles essentielles 1, 2 et 3 en utilisant comme solutions de référence, des substances qui entrent fréquemment dans la composition des huiles essentielles :

-       Limonène

-      Eugénol

-      Géraniol

L’éluant utilisé pour la chromatographie est le Cyclohexane C6H12

L’analyse a révélé que :

-      Le limonène, le géraniol, et l’eugénol entrent dans la composition organique de l’huile essentielle de l’exploitation 1, comparée à l’huile  3 ou  2, cette huile compte beaucoup plus de composants (près de 8 substances recensées). On peut supposer que, dans le but de favoriser sa conservation, les fabricants ont incorporé des conservateurs dans l’huile.

-      L’huile essentielle 3 ne présente que très peu de composés, l’analyse chromatographique révèle la présence de limonène et d’eugénol, mais contrairement aux deux autres huiles, le géraniol n’entre pas dans sa composition.

-      L’huile essentielle 2 a une composition similaire à celle de l’huile de l’exploitation 1(eugénol, géraniol, limonène…), mais elle est composée de moins de substances organiques que l’huile 1.

 

Dans l’analyse chromatographique des trois huiles, on remarque l’existence de composés communs aux trois types d’huiles, il s’agit probablement des aldéhydes, des molécules de copaène et de sesquiterpène (caractéristiques de l’huile d’Ylang-ylang de manière générale)

 

Commenter cet article